Permalink

0

Un député fait rentrer la LSF (Langue des signes) à l’Assemblée !

Commentaire de M. Loïc Prud’homme publié sur sa page Facebook, le 15 août 2019

Il y a quelques mois lors d’un samedi de mobilisation des Gilets Jaunes j’étais interpellé -au sens pacifique du terme;-) – par le collectif « Sourds en colère » et notamment ses représentants locaux Roger Rodriguez et Cathy Roses. Comme les gilets jaunes et leur référendum d’initiative citoyenne (RIC) les Sourds avaient eux aussi une revendication sur la Constitution de notre 5ème République : l’inscription dans ses articles de la reconnaissance de la langue des signes (LSF – Langue des Signes Française)

Étranger dans son propre pays

Cette revendication fait échos à la longue histoire de l’oppression et l’invisibilisation du peuple Sourd, commencée en 1881 au terrible et manipulé congrès de Milan. L’interdiction de la LSF a perduré un siècle complet en France, jusqu’en 1981. Ce n’est qu’en 1991 que le bilinguisme dans l’éducation des jeunes sourd.es est enfin reconnu par un amendement de L.Fabius.
Pour autant jusqu’à ce jour et en dépit de la loi de 2005 sur le handicap, inadaptée aux Sourds qui ne se perçoivent pas handicapés, la pratique de la LSF reste marginale dans les institutions publiques et le choix d’une éducation bilingue LSF-Français écrit n’est qu’un vœux pieux. 
C’est après avoir fait se constat que j’interpellais en LSF le 28 mai dernier la secrétaire d’État S.Cluzel dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale sur le fait qu’il est aujourd’hui plus facile d’être un touriste anglophone dans notre pays qu’un.e citoyen.ne sourd.e.
h

Le peuple Sourd, une identité riche

Toute l’incompréhension semble prendre son origine par la perception que les entendants ont de la surdité : un problème médical qu’il serait urgent de gommer à grand renfort d’orthophonistes, d’implants cochléaires et d’obligation à « oraliser ». Cette doctrine « oraliste » a fait la preuve de son échec en un siècle : 80 % d’illettrisme chez les sourds, un accès quasi nul aux études supérieures et des souffrances psychologiques qui relèvent de la torture pour des dizaines de milliers de nos concitoyen.nes, de nos enfants (95 % des enfants sourds naissent de parents entendants).
La LSF permet tout au contraire une insertion et des résultats dans l’enseignement (avec le bi-linguisme) du même niveau que les enfants entendants. Des pays comme la Suède ou les Etats-Unis en ont fait la preuve depuis des décennies. 

Un livre, un pont entre deux cultures

Je ne peux pas résumer ici toute l’histoire de ce siècle de persécution, du « Réveil Sourd » des années 70. Je veux juste vous inviter, vous, responsables publics, jeunes parents d’un enfant sourd, simples citoyen.nes à lire cet ouvrage puissant. Il m’a été offert le 14 juin dernier par Patrick Belissen lors d’une des rencontres à ma permanence parlementaire avec les militants des « Sourds en colère » de Bordeaux. Ce recueil des témoignages est traduit de la LSF en français écrit, un travail titanesque complètement inédit. Il aborde en préambule la situation actuelle que l’impasse oraliste a généré en France. Suivent des récits qui ne peuvent laisser insensible et inactif.

Ce livre est précieux pour comprendre ce qu’est le Peuple Sourd, sa culture d’une incroyable richesse, l’identité vécue et revendiquée par nos concitoyen.nes sourd.es. Ne pas comprendre cela c’est faire une fois de plus fausse route, imposer une éducation inadaptée et inefficace aux enfants sourds, ne pas faire que notre société soit plus inclusive. 
C’est aussi risquer de continuer à parler aux citoyen.nes sourd.es en terme de handicap comme l’a fait la secrétaire d’État Sophie Cluzel lors du congrès mondial des sourds en juillet dernier : elle n’a rien entendu et rien compris à la parole des Sourds.

Puisse ce livre lui ouvrir les yeux sur la LSF ! Et à nous tous et toutes.

Pour en savoir plus:
https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Paroles_de_Sourds-9782707198020.html

Laisser un commentaire

Required fields are marked *.