Permalink

0

Le texte du tract en LS par Christophe TOUCHAIS

TEXTE DU TRACT 

NOUS FAIRE CONNAITRE … ET RECONNAITRE 

Nous faisons une marche symbolique de Paris à Milan, du 18 mai au 28 juin 2013. Le but est de toucher l’opinion publique sur notre existence.

Nous voulons montrer que nous sommes des êtres humains. C’est-à-dire que nous sommes capables de pensée, de parole et d’action comme vous tous les entendants.

Nous avons notre langue. Elle s’appelle la langue des signes française ou langue Sourde. Nous nous nommons Sourds avec un S majuscule pour affirmer notre appartenance au peuple Sourd. Nous sommes une vaste minorité ethno-linguistique puisque nous comptons 70 millions d’individus dans le monde entier.

 

NOTRE LANGUE : LA LANGUE DES SIGNES

La langue des signes est essentielle pour nous tous car elle est la seule qui nous soit pleinement accessible. Elle nous permet de développer pleinement nos potentialités et d’exercer notre libre-arbitre. En un mot, elle nous permet de vivre « normalement ».

Nous sommes des êtres humains, mais la politique française ne nous reconnaît pas comme tels. Influencée par le lobbying médical tout puissant, elle nous réduit à des oreilles à réparer et à des bouches à démutiser. La récente loi sur le dépistage ultra précoce de la surdité est une preuve de plus que l’Etat n’a que faire de notre parole. Cela dure depuis le congrès international de Milan en 1880 qui a prôné l’interdiction de la langue des Signes dans l’éducation des enfants. L’Etat français d’alors, comme d’ailleurs celui de bon nombre de pays, a appliqué les résolutions de ce congrès enterrant ainsi l’héritage de l’illustre Abbé de l’Epée. Celui-ci avait en effet crée dès le XVIIIème siècle la première école des Sourds au monde. Sa pédagogie basée sur la langue des Sourds a ouvert aux Sourds la voie de la connaissance et de la citoyenneté. Une pédagogie qui a permis au peuple Sourd de développer une culture riche et raffinée dans divers domaines : l’art, l’éducation, la philosophie, la technologie, l’humour, etc.

 

POURQUOI UNE MARCHE VERS MILAN ?

Le congrès de Milan est une tache fatidique dans notre mémoire collective. Il a en effet généré des pratiques d’éducation inhumaines en privant les enfants Sourds de l’usage de leur langue. Son influence jusqu’à nos jours pérennise même si récemment, au niveau législatif, une certaine ouverture s’est amorcée par rapport à nos revendications. Cependant, cette reconnaissance, toute timide, est étouffée par l’emprise de la médecine qui se fait fort de solutionner notre problème par la biotechnologie et la génétique! La voie du médical n’apporte pas les résultats escomptés. Bien au contraire, elle contrarie le développement des individus et génère de grandes souffrances. Des souffrances silencieuses parce que même la parole est tue.

 

LE SENS DE NOTRE MARCHE

Notre marche vers Milan est un appel au respect de notre parole, au respect de notre vie. Nous voulons que cessent à jamais les effets néfastes du congrès de 1880. Nous voulons être regardés, non plus comme des handicapés de l’ouïe, mais comme des êtres humains à part entière, reconnus dans leur légitimité à vivre avec leur langue et leur culture. Nous revendiquons le statut de minorité ethno-linguistique.

 

CE QUE NOUS DEMANDONS A L’ETAT FRANÇAIS :

  • le PARDON au peuple Sourd pour les lois et décisions des parlements et gouvernements successifs qui lui ont causé de grandes peines et de profondes  souffrances  depuis le Congrès de Milan en 1880

 

  • l’inscription dans la Constitution de la République Française de notre langue, la langue des signes française, ou langue Sourde, en tant que langue de France

 

 

  • L’engagement de l’Etat dans une réforme en profondeur des pratiques institutionnelles concernant la population sourde (éducation en particulier). Pour cela, nous demandons la création d’un Observatoire des Affaires Sourdes, sous l’autorité de la Fédération Nationale des Sourds de France (avec parité entre, d’un côté, des scientifiques et des intellectuels indépendants, et, de l’autre, des représentants de la communauté sourde). Sa mission : faire une étude des pratiques existantes, en dégageant les principes fondamentaux d’une conception saine (non médicale) de la personne sourde, permettant aux sourds l’exercice d’une citoyenneté véritable.

 

Quelques chiffres : 70 millions de personnes sourdes dans le monde dont 4 millions en France.

La Fédération Mondiale des Sourds (FMS) couvre 126 pays

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contact : Patrick BELISSEN, op.sauv.sourds@gmail.com

Informations : www.oss2007.org

Laisser un commentaire

Required fields are marked *.